Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'impact du changement climatique sur les espèces inféodées aux milieux humides

Une réduction des niveaux d’eau pourrait induire une réduction de la surface totale des milieux humides, l’isolement des milieux vis-à-vis de leur ressource en eau ou encore des modifications dans la saisonnalité des cycles de période sèche et humide. Bien qu’une augmentation des concentrations en CO2 puisse favoriser la croissance des végétaux, une augmentation de la température et une réduction des niveaux d’eau pourrait avoir des conséquences néfastes pour les communautés floristiques et également pour les populations animales. La réponse des espèces face à l’assèchement est très variable, de même que les mécanismes de défense (acclimatation ou évitement). Lors d’un assèchement partiel d’un écosystème lacustre, une réduction de la richesse spécifique et une modification profonde du fonctionnement de ces écosystèmes peuvent survenir. Dans les milieux tourbeux, les sécheresses répétées favorisent la minéralisation de la matière organique et le relarguage de nutriments permettant à certaines espèces de sphaignes ou de carex de se développer aux dépens de d’autres espèces plus rares. Ainsi alors qu’une sécheresse ponctuelle permet d’accroitre la biodiversité, un allongement de ce phénomène pourrait favoriser l’implantation de couverts monospécifiques. Une modification des conditions hydrologiques peut également affecter les populations animales. L’assèchement progressif des milieux humides risque de faire diminuer les populations d’oiseaux d’eau de plus de la moitié d’ici 2060, la quantité d’habitats dédiés à la ponte ou à l’élevage des jeunes s’en trouvant réduite. La réduction des niveaux d’eau pourrait également entrainer une modification du régime alimentaire de certains poissons. La dynamique des communautés planctoniques peut en effet se retrouver avancée de plus d’un mois.

Les commentaires sont fermés.