Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le batteur de breloques - Page 4

  • Vive l'autopartage

    Les services d’autopartage en trace-directe sont actuellement en développement et ont encore une présence limitée sur le territoire français. Essentiellement concentrés dans les grandes agglomérations (Paris, Lyon, Bordeaux, Nice, La Rochelle), ces services proposent des véhicules en libre-service utilisables sur un trajet unique, de station à station, sans qu’il soit nécessaire pour l’usager de revenir à son point de départ. Ce type d’offre d’autopartage, souvent associé au service parisien Autolib’, se positionne sur le même créneau que le transport en commun en zone dense, proposant aux voyageurs une alternative aux modes existants (bus, métro, train, tramway, vélo). Comme mentionné précédemment, en France, ce type de service utilise principalement des voitures à motorisation électrique. Si tel est le cas, c’est tout d’abord parce que les caractéristiques de ces véhicules sont parfaitement compatibles avec l’usage du service, mais également parce que l’implantation de ces offres est très dépendante des collectivités locales et de leurs politiques de développement durable. Comme cela a été montré par les travaux de A. Villareal34 et J. Hildermeier35sur Autolib’, l’offre de Bolloré et la formalisation de l’autopartage en trace-directe en France sont directement liées aux prétentions stratégiques de l’entreprise sur le segment des voitures électriques, et à la volonté de la mairie de Paris d’être une vitrine européenne de l’électro-mobilité. Dans le sillon ouvert par B. Delanoé à Paris, les mairies de Bordeaux et de Lyon ont lancé avec les mêmes arguments, un service d’autopartage en trace-directe géré par la filiale de Bolloré Bluesolution. Alors que ces services se positionnent comme des alternatives aux transports en commun en milieu urbain susceptibles d’ajouter des véhicules sur la chaussée, il était politiquement dangereux que les véhicules utilisés par ces services contribuent également à la pollution urbaine. L’utilisation des voitures électriques s’est donc imposée, en France en particulier, comme une base au développement de l’autopartage en trace-directe. Or, contrairement à ce qu’avait fait Daimler à Ulm avec son service Car2go, le développement de ce type de service dans les villes françaises pose un problème de financement et d’infrastructure. Alors que l’utilisation de véhicules thermiques ne nécessite pas d’installations coûteuses sur la voirie, celle des véhicules électriques est conditionnée par la mise en place de bornes de rechargement en station. Comme nous le verrons plus loin, cette problématique pèse très largement sur le financement de ces services et les rend particulièrement dépendant des subventions consenties par les collectivités locales. Source: http://www.lesplusbellesvoitures.com

  • Tout le monde est alarmiste

    Une onde d’angoisse traverse à nouveau la France. De la migraine au cancer, les ondes électromagnétiques seraient responsables de nombreux maux. Wi-fi, téléphonie, elles sont partout et nous facilitent le quotidien, mais quels sont leurs effets sur notre santé ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) réitère dans son rapport de juillet 2016, sa recommandation de limiter l’exposition des enfants aux téléphones portables et autres tablettes tactiles. Le conseil des experts : s’en tenir donc à « un usage modéré » ainsi qu’à l’utiliser le plus souvent possible avec un kit mains libres. De quoi nous conforter dans notre inquiétude ? Lisons la suite. Dans son état des lieux des connaissances, l’Anses indique en revanche que « les données scientifiques actuelles ne permettent pas de conclure à l’existence ou non d’effets chez l’enfant sur le comportement, les fonctions auditives, le développement, le système reproducteur ou immunitaire, ni d’effets cancérogènes ». Mais alors pourquoi certains députés proposent-ils régulièrement des lois visant à nous protéger de ces ondes, la dernière proposition en date ayant pour objet l’interdiction du wi-fi dans les crèches ? Et s’il est dangereux dans les crèches, ne l’est-il pas aussi à la maison ? Ne faut-il pas supprimer notre wi-fi, mais également celui du voisin ? Et supprimer le téléphone fixe sans fil pendant qu’on y est ? L’implantation d’antennes de téléphonie mobile rencontre régulièrement l’opposition de riverains soutenus et encouragés par des associations invoquant un scandale sanitaire à venir. Le magazine Que choisir dénonce d’ailleurs le marché lucratif qu’est devenu l’entretien et l’exploitation de ces peurs infondées. Sous le titre « Ondes électromagnétiques, le jeu trouble des associations », le mensuel de l’association de consommateurs constate qu’« alors que les études scientifiques rassurantes s’accumulent à propos de l’innocuité des ondes de téléphonie mobile et du wi-fi, des associations tiennent un discours alarmiste, au risque d’amener les pouvoirs publics à adopter des mesures de protection aussi coûteuses qu’inutiles ». Il serait donc temps que la santé publique ne soit plus instrumentalisée à des fins politiques.

  • Quelle valeur ?

    Décodage d’une actualité en demi-teinte ou en plein délire, qui navigue entre deux eaux ou patauge dans le deux poids, deux mesures. Le nombre de touristes visitant la France aurait baissé de 10 % en quelques mois Ce chiffre est stupéfiant. Primo, on ne comprend pas comment certains osent éviter un pays qui n’a jamais été aussi apaisé ; deuxio, certains esprits retors affirment que la statistique est fausse, puisqu’ils voient de plus en plus d’étrangers en France. À vérifier. Celle qui a tout compris du principe de précaution, c’est évidemment Martine Aubry En annulant la plus grande manifestation de sa ville et de sa région, elle affirme avoir fait montre d’un esprit de responsabilité qui, selon elle, l’honore. Il est tout de même réconfortant que nombre de ses collègues ne suivent pas son exemple et maintiennent les festivités estivales dans un pays qui, sinon, serait déjà en état de coma clinique. Nous sommes en effet dans une course contre la montre entre ceux qui suppriment la braderie de Lille et ceux qui veulent brader la France. Gouverner, c’est choisir. François Hollande, à Rio, est venu, il a vu, il a vaincu Il est venu parce que rien de plus urgent ne le retenait en France ; il a vu les éclatantes victoires de nos athlètes qui, galvanisés par sa présence, se sont surpassés dès les premières heures des olympiades ; il a convaincu en déclarant que la France avait une expérience de gestion de la sécurité en temps de terrorisme que personne aujourd’hui ne peut contester. Ce n’est certes pas les promeneurs de Nice et les curés de Saint-Étienne-du-Rouvray qui le démentiront. Était prévue, en septembre prochain, dans notre cher et vieux pays, une grande soirée burkini Chacun et chacune devaient s’y adonner aux joies de la danse des sept voiles version aquatique. Certains esprits chagrins ont souhaité interdire ce rassemblement au nom de cette bonne vieille laïcité de plus en plus contestée, et de moins en moins défendue. D’autres bonnes âmes, prêtes à tout pour avoir la paix, défendent mordicus la manifestation, du moment qu’il s’agit d’un espace privé. Leur indignation n’a strictement rien d’électoraliste, n’est-ce pas, M. Patrick Mennucci, député de Marseille et qui entend bien le rester ? Il paraîtrait qu’au moins cinq participants aux attentats de Paris et de Bruxelles… … auraient touché leurs allocations familiales pratiquement jusqu’au bout, et ceci sans compter des dizaines de voyageurs partis en Syrie pour raisons évidemment humanitaires, et dont on ne sait combien sont rentrés pour exercer ici ce qu’ils ont appris entre Alep et Raqqa. Qui oserait encore prétendre que nos services sociaux ne contribuent pas à la réputation de cet État providence que le monde nous envie ? Nathalie Kosciusko-Morizet trouve que l’absence, à la primaire républicaine, d’une candidature féminine serait un scandale Nous ne pouvons que l’approuver. Et protester, avec la dernière énergie, contre l’absence de candidats noirs, juifs, musulmans, bouddhistes, trans, gays et lesbiens. Qu’attendent donc SOS Racisme, la Ligue des droits de l’homme, la Licra et le Cran pour agir ? Réveillez-vous !